Le cinéma de Lavelanet ! Une capitale … qui vit naître en 1815 le père de Georges Méliès !

Un Cinema di quartiere, un direttore ed una équipe eccezionali, una maniera come un’altra per salvaguardare un’entità culturale locale e, in qualche maniera, anche unica…

da | 16/12/2020 | MULTICULTURALISMO | 0 commenti

© Foto originali Cinéma LE CASINO

Un giorno ricevo un mail da parte di una conoscenza qui dove abito, mail che mi domanda di mettermi in contatto con un certo Jac Vergnes, direttore della Associazione che gestisce il cinema di Lavelanet, comune poco distante da dove risiedo. Il mail specificava che il suddetto Jac Vergnes cerca disperatamente qualcuno che capisca e parli la lingua italiana per un progetto legato ad un concorso emanato dalla Commissione Europea, concorso intitolato “Il Cinema, inteso come polo innovativo”, tutto un programma.
Ve la faccio corta : mando un mail a cui Jac Vergnes risponde dopo qualche giorno, non ci pensavo neanche più, mail che ha fatto nascere una serie di incontri, discussioni, telefonate e tante altre cose e altri progetti, oltre che una gran bella amicizia sincera.
Progetti che non sono solo rimasti in un cassetto, anzi, e che mi stanno molto a cuore ma di cui parlerò in un altro articolo, mentre qui di seguito troverete un articolo scritto da Jac che risponde in pratica ad una domanda sola : Covid e Cinema vanno d’accordo???

Diego

Er Webmaster..., SSB

Le cinéma de Lavelanet !  Une capitale … qui vit naître en 1815 le père de Georges Méliès !


 

Cher Diego, pour évoquer le cinéma de Lavelanet je suis obligé de considérer d’une part ce qui nous a conduit à nous rencontrer et d’autre part la spécificité du cinéma en France, pays des Frères Lumière …

Tout d’abord Lavelanet est une petite ville de moins de 7000 habitants, ancienne capitale textile, malheureusement mono-industrie qui a vu sa situation s’effondrer avec la délocalisation de ces activités vers différents pays et tout particulièrement la Chine.
Après quelques années douloureuses, la ville se projette vers l’avenir après avoir perdu plus de 3000 habitants en quelques années. Le Casino incarne parfaitement ‘la grandeur’ de la ville à la grande époque du textile fleurissant. Il trône en centre-ville avec sa grande salle avec balcon pouvant accueillir aujourd’hui 400 personnes. Jusque dans les années 60, le cinéma est doté de 1000 places et fait face à une intense activité. Une trentaine de personnes travaillent au cinéma, essentiellement le week-end. Le vendredi et samedi soir, deux séances étaient proposées qui connaissaient un énorme succès.
Les années ’70 et la généralisation de la télé d’une part et l’arrivée de la VHS d’autre part, plongent les cinémas dans une crise sans précédent. C’est à cette époque que bon nombre de cinémas, jusque-là mono salle (grande salle) se transforment en complexes cinématographiques, c’est-à-dire que deux à trois salles sont aménagées dans le volume de l’ancienne grande salle offrant ainsi au public un choix plus important. Le Casino échappe à cette fatalité !

Avec les années ’90 et l’arrivée des multiplexes, la fréquentation connait un bond avec pour conséquence de fragiliser les petites salles de proximité comme celle de Lavelanet.
Arrivé en 2003 au Casino de Lavelanet, le cinéma réalisait 16000 entrées. Aujourd’hui, le cinéma doté d’une deuxième salle depuis quatre ans réalise 35000 entrées.
La naissance de Jean Louis Stanislas Méliès, père de Georges, est un élément important, une carte à jouer pour la ville, pour affirmer une image cinéma.
Par ailleurs, le jumelage entre les villes de Lavelanet et de Melgaço au nord du Portugal, petite ville dotée d’un très intéressant musée du cinéma et d’un festival international du film documentaire ouvre des horizons de projets Européens, les deux villes étant en phase quant à leur volonté commune dans le domaine.

Et c’est là que tu interviens, très cher Diego, m’apportant ta maitrise linguistique afin de trouver un troisième partenaire que nous aimerions Italien ! Italie grand pays de cinéma !

La cinémathèque du Frioul à Gemona, retient à ce stade toute mon attention. Reconnue pour son travail exceptionnel autour du patrimoine du cinéma muet, partenaire à maintes occasions de la cinémathèque de Toulouse, je ne doute pas de l’intérêt qu’il y aurait à nous rapprocher. Cependant que Covid 19 en a pour l’instant décidé autrement, figeant toutes nos activités, pire encore, grevant nos velléités d’imaginer à ce stade, un futur…
Nul doute que 2021 nous donnera l’occasion d’une rencontre ! Nous irons, très cher Diego ensemble rencontrer nos interlocuteurs de Gemona !
Ici, au-delà notre impatience à reprendre une activité normale, nous travaillons au financement rapide (nous l’espérons) d’un nouveau lieu à la fois ludique et culturel, l’Espace Méliès. Cet espace comportera un Escape Game consacré à la vie de notre pionnier du cinéma, un espace expo, une Réalité virtuelle, autant d’éléments permettant au grand public, et aux plus jeunes tout particulièrement, de se familiariser avec les origines du septième art, les origines de la fiction et du film ‘de truc’.

L’activité cinéma à Lavelanet se veut respecter le plus possible une grande diversité. C’est pourquoi, si nous nous battons pour obtenir dans les meilleurs délais les grosses sorties américaines, nous travaillons les cinématographies du monde entier, en version originale sous titrée, autant qu’un cinéma documentaire, à même d’enrichir le regard que nous portons sur le monde et ses problématiques. Le patrimoine retient toute notre attention et nous avons depuis maintenant quinze ans, une belle expérience du ciné-concert, l’accompagnement en live par des musiciens contemporains de films muets. La plus importante création fut celle autour de la version intégrale de METROPOLIS, accompagné par les sept musiciens de l’OCH, partenaires du cinéma.

L’ensemble de ce travail nous permet le classement art et essai du cinéma par le CNC (Centre national du cinéma), se voyant attribué les trois labels, ‘Patrimoine’, ‘Jeune public’ et ‘recherche et découverte’ reconnaissance accompagnée d’une prime. Il est important de noter la création en janvier prochain, du premier musée Méliès, à la cinémathèque Française à Paris. L’été prochain sera l’occasion, en échos à l’actualité parisienne, à Lavelanet de découvrir une exposition Méliès venue de la cinémathèque de Toulouse.
Enfin, nous considérons que le cinéma local doit être un lieu de culture ouvert à tous et tout particulièrement aux plus démunis. Plusieurs groupes participent à divers ateliers, leur investissement allant jusqu’à la préparation de repas, servis à l’occasion de soirées.
En ces périodes troubles autant politiquement que culturellement, nous défendons une identité culturelle européenne, peut-être l’aspect qu’il eut été capital de développer en priorité, dans le cadre de la construction européenne… Le rapprochement des populations n’est-il pas le plus sûr moyen de mieux se connaitre de mieux appréhender ce qui nous unit, ce qui justifie des projets des envies communes plutôt que d’être en permanence confrontés à l’égoïsme des nations qui se crispent et se replient sur elles-mêmes.

Dès les origines du cinéma, des échanges de compétence nous rappellent que bien avant l’Europe, l’Europe était bel et bien un espace d’entraide. Il est fréquent de trouver aux génériques des premiers films, des intervenants divers venus des pays voisins apporter et favoriser un transfert de compétence.

Il n’est jamais trop tard !

Jac Vergnes

        Tags : | Coronavirus |

Lascia un commento

Il tuo indirizzo email non sarà pubblicato. I campi obbligatori sono contrassegnati *