Mons. Pican e la beatificazione dei coniugi MARTIN

da | 22/10/2008 | DAI NOSTRI INVIATI | 0 commenti

Zélie et Louis Martin, parents de sainte Thérèse de l’Enfant Jésus (Photo: domaine public)

Sabato scorso ho scritto a Mons. Pican per dirgli che noi tutti ex-beirutini (ho messo Kikka come rappresentante …) eravamo spiritualmente a Lisieux Domenica per la beatificazione dei coniugi MARTIN, genitori di Santa Teresa del Bambino Gesù. E gli facevo le congratulazioni per questo evento molto significativo che lui come vescovo ha presieduto.

Ecco la sua risposta, che penso figuri bene anche sul nostro sito. 

Don Gianni

Salesiano, SSB

Mon cher Père et Frère,

Quelle joie de vous lire et de vous associer, même en léger décalage, à notre joie d’Église à l’occasion de la béatification de Louis et Zélie Martin ! Nous sommes tous en effet, à cette occasion-là, membres de leur famille. Cette expérience a été vécue par le petit miraculé qui, avec sa délicatesse d’enfant de six ans, sa liberté lumineuse, avait comme une sorte de conviction qu’il avait été sauvé grâce au génie de sa maman qui avait invité sa famille à prier Louis et Zélie pour qu’il soit arraché à la mort avérée, prévue et médicalement programmée. Évidemment, de tels événements ne se racontent pas : ils se vivent. Dès que nous commençons à en parler, nous les dénaturons et nous décalons la portée la plus profonde qu’ils peuvent signifier d’abord pour ceux qui sont les plus loin de l’Église et même pour ceux qui vivent au coeur même de la réalité de grâce que la participation à de tels événements ravive en chacun d’entre nous.

J’ai été impressionné par le rayonnement paisible, large et lumineux de cette famille. Tous les continents étaient représentés, plus de vingt pays explicitement délégués. Nombre de communautés nous inondent de leurs mails, de leurs réactions, de leurs lettres, de leurs communications téléphoniques. C’est proprement fabuleux. La sainteté colle à la réalité de la vie des personnes, d’une manière qui continue à nous surprendre.

Invitez vraiment celles et ceux que vous rencontrez, au titre de l’éducation, à travers l’association des anciens élèves de Beyrouth, à imiter ces parents qui ont su assumer leur responsabilité d’époux, affronter le contexte social du moment. Il ne doit pas être facile, même au XIXème siècle, avec quatre enfants, d’accueillir, pendant des mois, neuf étrangers militaires d’occupation. C’est ce qu’ils ont vécu, tout en gardant leur liberté intérieure, en subissant les pressions de l’occupant et en poursuivant, dans la fidélité, humble et quotidienne, leur attachement au Seigneur et à l’Église. Nombre d’événements de cette nature pourraient être cités pour concrétiser et actualiser leur réponse.

Embrassez Francesca de ma part et n’hésitez pas à assurer tous ces jeunes de ma proximité priante. Je les confie, tous et chacun, à Louis et à Zélie, ainsi qu’à leur fille Thérèse et aux autres membres de cette famille qui a, d’une manière étonnante, réalisé un programme de développement sur tous les plans qui continue à nous effarer, à nous interpeller, à nous soutenir et à nous éclairer.

Vous assurerez Francesca que je pense à toutes celles et ceux qui, à travers la réponse éducative que nous avons distillée dans le temps passé, assument aujourd’hui pleinement leur responsabilité d’adultes. Puissent-ils, les uns et les autres, se laisser surprendre par l’invitation que le Seigneur peut faire à l’un des leurs de les appeler radicalement à son service et au service des frères.

La France confie au Seigneur Soeur Emmanuelle. Personne ne pourra dire, même les plus invétérés incroyants, que cette personne, en répondant à la profondeur à laquelle le Seigneur l’appelait, n’a pas servi tout à la fois l’humanité, l’espérance et la joie rayonnante de croire !

A la joie de nous revoir sous d’autres cieux, lorsque le Seigneur le permettra.

En très fraternelle communion. Merci de votre proximité priante, cordiale et chaleureuse.

+ Pierre PICAN
Évêque de Bayeux et Lisieux

Lascia un commento

Il tuo indirizzo email non sarà pubblicato. I campi obbligatori sono contrassegnati *